siège direccte Bretagne
Immeuble le Newton
3 bis avenue Belle Fontaine - Cesson-Sévigné

 
+ services en département
 

 
 
 
 

Journée nationale de prévention du suicide : osons parler de santé mentale

| Publié le 10 février 2022
  • Envoyer a un ami
  • facebook twitter

Le 05/02/22 s'est tenue la journée nationale prévention du suicide. Notre Ministère souhaite rappeler que la prévention du suicide est un enjeu majeur de santé publique et vous invite à prendre connaissance des outils mis à la disposition de tous.

La prévention du suicide est une priorité pour le Ministère des Solidarités et de la Santé qui l’a inscrite dans sa Feuille de route santé mentale et psychiatrie de 2018.

La crise sanitaire a eu un rôle de catalyseur des problèmes de santé mentale en France, notamment chez certains publics spécifiques comme les jeunes. Cette crise sans précédent a mis en exergue la nécessité de porter une attention soutenue et particulière à cette problématique de santé.

Annoncées dès janvier 2020 par le Président de la République, les Assises de la santé mentale et de la psychiatrie fin septembre 2021 ont permis de dresser un état des lieux partagé de la promotion et de la prévention en santé mentale, de l’offre de soins en psychiatrie et de l’accompagnement proposés aux Françaises et aux Français.

Les recherches réalisées ces dernières années ont permis d’identifier des actions efficaces pour diminuer la mortalité et la morbidité suicidaires de façon efficace : le suicide est en grande partie évitable.

Le Ministère des Solidarités et de la Santé, en lien avec les Agences régionales de santé (ARS), poursuit ainsi le renforcement de sa politique de prévention pour mettre œuvre de façon concrète et coordonnée un ensemble d’actions dans les territoires :

- Le maintien du contact avec la personne qui a fait une tentative de suicide, grâce au dispositif "VIGILANS". Créé en 2015, le dispositif est un système de "recontact" et d’alerte qui organise autour de la personne ayant fait une tentative de suicide un réseau de professionnels de santé pour garder le lien avec elle. En février 2022, "Vigilans" est déployé dans 17 régions dont 4 régions d’Outre-mer. L’objectif en 2022 consiste à compléter la couverture territoriale avec notamment au moins un dispositif actif par région.

- Des formations au repérage, à l’évaluation du risque suicidaire et à l’intervention de crise auprès des personnes en crise suicidaire. Ces formations rénovées et actualisées en 2019, avec des contenus adaptés aux rôles et compétences des personnes formées, depuis les citoyens volontaires sentinelles jusqu’aux professionnels de santé, ont pour objectif de créer des réseaux de personnes ressources dans chaque région.

- Des actions ciblées pour lutter contre le risque de contagion suicidaire, notamment grâce au programme "PAPAGENO". Les personnes exposées directement ou indirectement à un événement suicidaire sont plus à risque d’avoir des idées suicidaires, ou même de passer à l’acte. Au niveau individuel, être exposé à un suicide multiplierait de 2 à 4 le risque de geste suicidaire. Ainsi différentes actions sont mises en œuvre telles que : identification des zones à risque (Hotspots suicidaires) pour permettre des mises en sécurité de ces lieux ; formation des journalistes et interventions dans les media, pour éviter un effet d’identification et faire, au contraire, du traitement médiatique d’un suicide une occasion de prévention.

La mise en place depuis le 1er octobre 2021 du 3114, le numéro national de prévention du suicide. Gratuit, accessible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 sur l’ensemble du territoire (métropole et Outre-Mer), ce numéro d’appel permet d’apporter une réponse immédiate :

- Aux personnes en détresse psychique et à risque suicidaire,

- A l’entourage des personnes à risque suicidaire,

- Aux endeuillés par suicide,

- Aux professionnels en lien avec des personnes suicidaires qui souhaitent obtenir des avis ou des conseils spécialisés.

Le 3114, c’est déjà 11 centres répondants en régions (de nouveaux centres viendront renforcer le dispositif en 2022), 169 professionnels hospitaliers spécifiquement formés (infirmiers et psychologues) placés sous la supervision de psychiatres, et plus de 34 000 appels cumulés depuis l’ouverture.

En complément de ce nouveau service hospitalier de prévention, de nombreuses associations sont impliquées et proposent un soutien aux personnes en souffrance. Ces services d’écoute et d’accueil, partenaires de la Stratégie nationale de prévention du suicide, sont anonymes et gratuits. Certains contribuent à la réponse donnée dans le cadre du numéro vert Covid : 0 800 130 000

Si le taux de suicide en France reste l’un des plus élevés des pays européens, on observe depuis 2000 sa baisse régulière. Osons parler de santé mentale et soyons attentifs collectivement et individuellement aux signes de détresse de notre entourage.

Direction générale de la santé
Sous-direction "Santé des populations et prévention des maladies chroniques" - Bureau de la santé mentale (SP4)

--